LES RITES DE MAI

BELTAINE ET BRIN DE MUGUET

Au retour du soleil et de la chaleur, les Celtes fêtaient Beltaine, le renouveau, l’antithèse de Samain. Ils marquaient ainsi la fin de la saison sombre et le début de la saison claire qui s’ouvrait au 1er Mai.

La nuit précédente, la nuit de Walpurgis des Scandinaves, les druides allumaient de grands feux pour célébrer le retour de la lumière. Ces foyers n’avaient pas de valeur que symbolique. Humains et troupeaux traversaient leurs fumées afin de se débarrasser des vermines accumulées dans les toisons pendant le long hiver, enfermés dans les logements et les étables souvent partagés à cette époque, et prévenir les épidémies.

Dans un intense besoin de socialisation après ces mois de solitude et d’isolement, ils s’assemblaient en rondes et sarabandes autour des flammes.

Pour cette célébration de la renaissance de la nature, ils dansaient aussi autour de l’arbre de Mai. Tradition qui perdure dans les siècles, jusqu’aux mâts fleuris et décorés de rubans que l’on dresse encore dans nos campagnes.

Pour ce 1er Mai, ils se paraient déjà de son emblème incontournable, le brin de muguet. Les clochettes immaculées et odorantes qui surgissaient de la terre encore morte et fleurissaient sous-bois et jardins.

La présence de cet éphémère, mais attention ! très toxique, beauté, créée par Appolon pour offrir un tapis aux pieds nus des nymphes et des muses, signe la bonne santé des forêts de la zone européenne tempérée.

Depuis l’antiquité, il était la plante du retour du printemps. Il est, en plus, devenu porte-bonheur à la Renaissance, grâce à Charles IX qui en faisait présent dans ce but aux dames de sa cour.

À la belle époque, les grands couturiers français en offraient à leurs petites mains et à leurs clientes. Son incomparable parfum ne peut s’extraire. On ne peut que l’imiter par des mélanges et des procédés de synthèse. Dans une symbolique reconnaissance d’un désir d’inaccessible, Christian Dior en fit l’emblème de sa maison.

Au 19ème siècle

De dramatiques circonstances l’associent aux mouvements ouvriers de la société civile et à la fête du Travail, mémoire du massacre d’Haymarket et de la fusillade de Fourmies.

EXTRAIT DU ROMAN : LA CITE DU PAPE

Les images évoquées par Roméo l’ésotérique lors de son exposé sur la fameuse lame du Pape se glissaient dans ses rêveries hallucinées. Le Mai de Maïa, le prénom de sa mère lui avait-il précisé, une étoile des pléiades, filles du géant Atlas et d’une océanide. Leur lever coïncidant avec la pleine lune de mai, rendait nécessaire le sacrifice d’un taureau. Emblématique du Pape, l’enseignant ultime, lui d’après Roméo, Jean Pascal Charles, professeur de philosophie des classes de terminale. Proie désignée de la chasse en cours.

Retrouvez le détail des RITES DE MAI dans le roman.
ACHETER LE ROMAN

1 thought on “LES RITES DE MAI”

  1. Comme c’est intéressant! Je connaissais l’arbre de mai et l’habitude des promenades au Moyen Age pour que les jeunes filles puissent aller cueillir des fleurs à cette période de l’année, pour qu’ensuite l’une d’elle soit élue « reine de mai ».

Répondre à Sommier-Maigrot Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *