LES DÉESSES MÈRES DE LA FEMME MÈRE

5-imperatrice-riderwaithEXTRAIT DU ROMAN ET ICONOGRAPHIE

Certains Tarots plus ésotériques proposent une version champêtre de la lame… Unanimement décriée par sa lignée féminine… L’IMPERATRICE y perd sa part mâle. La pomme d’Adam disparait. Elle y est vêtue de robes fleuries, couronnée d’étoiles légères. Représentée dans un cadre bucolique. Elle incarne alors Cybèle la Phrygienne, Déméter la Grecque, Cérès la Romaine, Freyja la Nordique. Les Terres mères. Divinités de la fertilité.
Déméter, déesse grecque des blés et des moissons comme Cérès l’est à Rome. La mère de la terre. Fille de Titans. Sœur de Zeus. Une femme puissante. Elle aussi franchit par amour les portes du royaume des morts. L’amour maternel. Elle part à la recherche de sa fille Perséphone enlevée par Hadès, délaissant les récoltes de la terre. Pour la lier à son royaume, Hadès avait offert à Perséphone une grenade.

La pomme grenade, le fruit défendu qui orne le sommet des colonnes du temple, le fruit sacré présent dans les trois religions du livre. Le fruit infernal aux grains rouges et brulants, parcelles du feu chtonien, qui apporte aux humains la connaissance du feu intérieur, alchimie des forces telluriques et cosmiques.
La jeune femme en avait mangé six grains et devait donc rester six mois par an dans la demeure d’Hadès.

300px-Persephone_Hades_BM_Vase_E82
Perséphone chez Hadès, médaillon d’un kylix attique, v. 440-430 av. J.-C., British Museum

Ainsi commença le cycle des saisons. Sa fille passant l’hiver aux enfers, Déméter, de chagrin en laissait le sol infertile. Elle revenait à sa mère pour le printemps et l’été. La terre alors resplendissait du bonheur de la déesse.

Tête de Déméter, avec ses attributs : la gerbe d’épis et de pavots et les serpents. Terre cuite. Musée des Thermes, Rome

Homère lui consacra un de ses hymnes que Leconte de l’Isle traduisit.
Je commence par chanter Dèmètèr aux beaux cheveux, vénérable Déesse, elle et sa fille aux belles chevilles qu’Aidôneus, du consentement du retentissant Zeus au large regard, enleva loin de Dèmètèr à la faucille d’or et aux beaux fruits, comme elle jouait avec les filles aux seins profonds d’Okéanos, cueillant des fleurs, des roses, du safran et de belles violettes, dans une molle prairie, des glaïeuls et des hyacinthes, et un narcisse que Gaia avait produit pour tromper la Vierge à la peau rosée, par la volonté de Zeus, et afin de plaire à Aidôneus l’insatiable.

Jo n’avait lui aussi que mépris pour cette vision réductrice et lénifiante de l’arcane.
Cybèle, la Phrygienne mal connue parait plus proche d’Ishtar. Elle lui est du reste associée sur le socle de l’installation triangulaire du Brooklyn Museum The dinner party de Judy Chicago. Elle personnifie la nature sauvage et son char est tiré par des lions.

madrid-385105_1280

Le char de Freyna, la belle blonde aux yeux bleus, fille de Njörd, n’est certes tiré que par des chats, mais ils ont la taille de lions. Elle est la première des Valkyries et reçoit en son château la moitié des guerriers morts au combat. Lorsque son mari disparut, elle pleura des larmes d’or qui se transformèrent en ambre en touchant la mer. Elle le remplaça pourtant par de nombreux amants aucun homme ne pouvant résister à sa beauté magique.

freyja_blommer
Jo, l’enfant, pouvait s’accommoder de ces deux-là. Ces histoires de chars et de lions, de larmes d’or, d’amants multiples, de guerriers morts au combat satisfaisaient son imagination

Références :

HYMNE HOMÉRIQUE 

Retrouvez, dans le roman, la Dame des Tarots, née de ces mythes et légendes. Devra-t-elle, elle aussi, descendre aux enfers pour sauver l’âme aimée ?

aux-ordres-de-l'impératrice-6x9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *