FROMAGE BLANC – fabrication maison !

LITTÉRATURE CULINAIRE !

Un exercice de style !

 

Je sais ! Les produits laitiers ne sont plus à la mode ! Mais y’a pas de mal à se faire du bien ! Surtout avec de bons ingrédients ! Et ça associé à des fruits frais en morceaux ou,  au creux de l’hiver, au soleil estival d’une confiture maison, à l’exotisme d’un sucre brun… c’est le bon dieu en culotte de velours !

Après…

TOUT EST POISON ET RIEN N’EST SANS POISON ; LA DOSE SEULE FAIT QUE QUELQUE CHOSE N’EST PAS UN POISON   

PARACELSE

Le XIVème siècle le savait déjà. Il ne faut pas abuser des bonnes choses ! Le vin… le champagne… le chocolat… un dessert sucré…  Trop rendent malade mais Bouh!… Combien triste serait notre vie sans ces plaisirs du palais. Donc profitons !

J’aime partager dans mes romans ces douceurs de la vie. Il n’est parfois pas si facile d’inclure une recette dans un fil de lecture, mais pour celle-ci, c’est allé tout seul !

L’amie qui lui avait expliqué le mode opératoire très simple avait accès à du vrai lait frais issu de bêtes élevées au pré… pas lui… Pas assez d’herbe verte et grasse au bord de la méditerranée pour les vaches. Il avait trouvé un bon compromis avec un lait U.H.T. originaire des monts d’Auvergne. La prise était un peu plus lente et un peu plus difficile, mais il bénéficiait d’un environnement beaucoup plus chaleureux qu’elle, ça compensait !

Il récupéra dans son frigo le pot à confiture dans lequel il gardait du petit lait d’égouttage de sa précédente production. Dans un toupi en grès marron dont le haut s’évasait avant de se resserrer et s’agrémentait, de chaque côté, d’une oreille d’anse, il mélangea les deux litres de lait et le contenu du pot à confiture puis ferma le récipient de son couvercle plat.

 

…. Il en profita pour emporter sa préparation et déposer le pot sur une jardinière renversée qu’il avait calée sur le muret de sa première restanque. C’était stable et à l’abri des fourmis et autres insectes. L’endroit, choisi avec soin, recevrait un ensoleillement maximal toute la journée, ce soir son fromage blanc aurait pris et serait prêt à égoutter.

 

.… Son regard croisa le toupi posé sur le muret. Il alla vérifier la prise du fromage blanc. Parfait. Il le ramena à la cuisine, se resservit du vin. Tout en buvant et en pittant des morceaux de melon, il le prépara, le versant sur une toile à beurre arrangée sur une passoire elle-même posée sur un grand bol, afin qu’il s’égoutte pendant la nuit.

 

Trop simple cette recette !

 

Quelques photos pour compléter (est-ce nécessaire ?) l’explication.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une nuit d’égouttage, verser le fromage blanc dans un joli récipient, conserver l’équivalent d’un pot de confiture du petit lait.

Pour une première fabrication, utiliser trois cuillères à soupe d’un bon fromage blanc.

 

 

 

Retrouver ces bonheurs de la vie dans le roman.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *